Hello les gamers et autres potentiels partenaires, clients ou autres personnes que j’intéresse ! Je n’ai rien de particulièrement important à annoncer, si ce n’est que j’ai réalisé une vidéo qui fera en quelque sorte office de résumé de mon parcours (en vous faisant grâce des détails dont personne ne fait attention. C’est-à-dire, que je me suis focalisé sur l’essentiel). Le parcours que j’ai suivi pour terminer développeur de jeux vidéo est totalement atypique, puisque je n’ai quasiment rien appris dans les écoles. J’ai certes fait des études, mais elles se sont terminées de manière lamentable.

On a beau faire des répétitions au calme chez soi, la difficulté à rester naturel est bien plus palpable lorsque l’on tient un micro à la main et que l’on sait que nous sommes enregistrés. Pour garder l’exercice un tant soit peu authentique, j’ai préféré ne pas faire trente six millions de prises.

NekoWrath.

Pour ce qui est du beat’em up dont je parlais un peu plus tôt. Sachez que j’ai déjà le nom. Il s’appellera NekoWrath. Je n’ai pas encore réellement commencé le développement. Etant donné qu’un projet mal organisé a toutes les chances de se vautrer, je compte tout bien planifier depuis le départ. Comme vous le savez, je m’inspire de Nîmes pour faire ce projet, qui est ma ville de résidence – que je connais comme ma poche, sois dit en passant.

Il faut bien que l’on s’inspire de quelque chose. Ci-dessus, l’avenue Jean-Jaurès. J’ai décidé que je m’inspirerai de cette avenue pour réaliser le background du niveau 1.

Un peu de conception sur papier aussi, c’est bien. Donc, je sais à quoi ressemblera le jeu, j’ai une idée bien précise d’où se passera chacun des niveaux en question, sans exception. En d’autres termes, la phase de préparatifs bat son plein. Je suis actuellement en train de composer des musiques. Je fais un petit stock pour ensuite piocher dedans. Je déciderai plus tard de ce que je ferai du surplus.

Le club des punks contre l’apocalypse zombie, Karim Berrouka

A propos de mon syndrome donc !

Pour parler des informations diverses, je compte écrire lorsque j’en aurai le temps (et l’envie (et la motivation)) un article plus détaillé à propos de mon syndrome d’Asperger. Beaucoup pensent que cela est inutile, mais vu le grabuge que certains députés de LREM ont provoqué à cause de cela, il me semble nécessaire d’y consacrer un article avant que cela ne s’aggrave.

Pour l’histoire. Bâtir une entreprise ce n’est pas quelque chose de facile. Sortez-vous ça de la tête qu’il suffit de faire trois clics de souris pour générer du chiffre, s’il vous plaît. Je suis déjà très embêté avec la rédaction de divers documents administratifs (si vous êtes patron, vous savez déjà de quel document je parle). Mon coeur de métier est chronophage à lui tout seul. Je vous fais grâce de ce qui gravite autour, à savoir le community management, le maintien de la web présence. C’est très difficile et très éprouvant. En plus de cela, je vais partir avec un “handicap” : les préjugés de mes interlocuteurs lorsqu’ils vont voir que j’ai le Syndrome d’Asperger (“Ne pas le dire” ne suffit pas : les gens de ce milieu n’ont pas besoin qu’on leur dise que vous êtes autiste pour s’en rendre compte), ce qui va me causer un élément négatif supplémentaire dont je me serai bien passé.

Je peux éventuellement transformer le négatif en positif en signalant par exemple que je fournis des efforts monstrueux pour m’en sortir malgré les étapes douloureuses que j’ai traversées. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai commencé à m’enregistrer parler. D’où la vidéo tout en haut de cet article. Alors okay, je sais que je zozote, je sais que j’ai un accent qui pue la cigale et le Ricard, je sais que j’ai un débit de parole élevé, et c’est donc pour cela que j’ai décidé de me bouger le cul et de m’exercer. Parce que lorsque je vais devoir avoir des soutenances orales à passer ou des conférences, il va falloir apprendre à gérer le stress et les imprévus. En direct, “seconde chance” est un gros mot.

Franck pour Frelon-K Games.

Post your comment

en_GBEnglish (UK)
fr_FRFrançais en_GBEnglish (UK)